AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1er Mai : Journée de lutte Internationale des Travailleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: 1er Mai : Journée de lutte Internationale des Travailleurs   Jeu 1 Mai à 15:23

Wesh mon petit univers Hiphop du 6.9.!!!

Bien ou bien ?


Juste pour rappeler une journée historique, avant, on parlait pas de quartier, de cité, de banlieue, il y avait une fierté a être une travailleuses, un travailleurs, il y avait une tradition, ça vient pas de nul part. Et vu qu'aujourd'hui, on est loin d'être des irresponsables, des gamins, au contraire, on est plus intelligent qu'à l'époque des premières ouvrières, des premiers ouvriers, bah, voilà, ça fait parti de notre intelligence, de notre mémoire, de notre conscience collective :

Citation :


Forum des amis de Lutte Ouvrière - Ephéméride pour le 1er mai


1er mai 1889 : instauration de la journée internationale des travailleurs

Au cours du IVe congrès de l’American Federation of Labor, en 1884, les principaux syndicats ouvriers des États-Unis s'étaient donné deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils avaient choisi de débuter leur action un 1er mai parce que beaucoup d'entreprises américaines entamaient ce jour-là leur année comptable.

Arrive le 1er mai 1886. Beaucoup de travailleurs obtiennent immédiatement satisfaction de leur employeur. Mais d'autres, moins chanceux, au nombre d'environ 340.000, doivent faire grève pour forcer leur employeur à céder. Le 3 mai, une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la société McCormick Harvester, à Chicago. Une marche de protestation a lieu le lendemain et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers. C'est alors qu'une bombe explose devant les forces de l'ordre. Elle fait une quinzaine de morts dans les rangs de la police. Trois syndicalistes anarchistes sont jugés et condamnés à la prison à perpétuité. Cinq autres sont pendus le 11 novembre 1886 malgré des preuves incertaines.

Trois ans après le drame de Chicago, la IIe Internationale socialiste réunit à Paris son deuxième congrès. Celui-ci se tient au 42, rue Rochechouart, salle des Fantaisies parisiennes, pendant l'Exposition universelle qui commémore le centenaire de la Révolution française. Les congressistes se donnent pour objectif la journée de huit heures (soit 48 heures hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé). Jusque-là, il est habituel de travailler dix ou douze heures par jour (en 1848, en France, un décret réduisant à 10 heures la durée de la journée de travail n'a pas résisté plus de quelques mois à la pression patronale).

Le 20 juin 1889, ils décident qu’il sera «organisé une grande manifestation à date fixe de manière que dans tous les pays et dans toutes les villes à la fois, le même jour convenu, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail et d’appliquer les autres résolutions du congrès. Attendu qu’une semblable manifestation a été déjà décidée pour le 1er mai 1890 par l’AFL, dans son congrès de décembre 1888 tenu à Saint Louis, cette date est adoptée pour la manifestation.»

Le 1er mai 1891, à Fourmies, une petite ville du nord de la France, la manifestation rituelle tourne au drame. La troupe équipée des nouveaux fusils Lebel et Chassepot tire à bout portant sur la foule pacifique des ouvriers. Elle fait dix morts dont 8 de moins de 21 ans. L'une des victimes, l'ouvrière Marie Blondeau, habillée de blanc et les bras couverts de fleurs, devient le symbole de cette journée.

Avec le drame de Fourmies, le 1er mai s'enracine dans la tradition de lutte des ouvriers européens.

Quelques mois plus tard, à Bruxelles, l'Internationale socialiste renouvelle le caractère revendicatif et international du 1er mai.



Le texte suivant est l'éditorial de Combat Ouvrier n°902 du Samedi 1er mai 2004


1er mai - Journée de lutte internationale des travailleurs, internationalisme et mondialisation

Le 1er mai a été choisi comme «journée de lutte internationale des travailleurs» en 1889, par le 1er Congrès de la IIe internationale socialiste. Il s’agissait d’une organisation ouvrière internationale qui regroupait tous les militants du monde industrialisé de l’époque qui luttaient contre la domination capitaliste, contre l’exploitation. Pourquoi cette internationalisation de la lutte paraissait-elle nécessaire, et qu’en est-il aujourd’hui, alors qu’on parle de «mondialisation» ?

La mondialisation est une expansion au niveau planétaire de l’économie capitaliste. Elle engendre des perturbations graves et dangereuses des activités humaines et naturelles. Dans les conséquences de la mondialisation, on peut citer les délocalisations d’entreprises, qui entraînent des pertes d’emplois dans les pays industrialisés, alors que les emplois créés en contrepartie dans les pays pauvres sont un quasi-esclavage. On peut aussi évoquer les atteintes à l’écosystème, qui laissent présager pour l’avenir des scénarios-catastrophe (réchauffement de la planète, inondations, pollutions mortelles…) et qui créent déjà bien des problèmes dans le présent. Mais c’est encore une bonne aubaine pour le capitalisme, qui vend de tout : même de l’air purifié là où il est irrespirable (c’est le cas à Mexico) ou des filtres à eau là où elle est imbuvable, etc.

La mondialisation n’est pas un phénomène nouveau. Elle est bien plus ancienne que le terme lui-même : elle a commencé au XIXe siècle, lorsque l’économie capitaliste, qui avait connu un développement fulgurant, a ressenti l’urgence de trouver de nouveaux marchés au-delà de ses frontières nationales respectives. Ce fut alors la course à la colonisation et à l’exportation des capitaux, le contrôle de l’industrie par les banques, créant ainsi une puissance financière qui aujourd’hui domine le monde. C’est de cette lutte d’influence que découla la première guerre mondiale. C’est à ce phénomène que Lénine donna le nom d’ «impérialisme». Face donc à l’internationalisation du fléau capitaliste, les militants ouvriers de l’époque virent eux aussi la nécessité de luttes à l’échelle internationale : c’est ainsi que les internationales ouvrières virent le jour, et que le 1er mai fut choisi comme symbole : une journée de lutte internationale des travailleurs. La date proprement dite correspond au début d’une grande grève (1er mai 1886) menée par les ouvriers de Chicago, membres de l’organisation «les Chevaliers du travail», pour la journée de 8 heures.

Aujourd’hui où les dangers liés au système dit «libéral», à l’ «économie de marché», c’est à dire au système capitaliste, sont de plus en plus évidents, il est tout aussi important de ne pas perdre de vue la nécessaire internationalisation de la lutte. Certes, nous sommes bien loin de cet objectif, bien plus loin encore qu’à l’époque de la IIe internationale. Car entre temps, la classe ouvrière a mené de nombreux combats qui ont apporté aux travailleurs ce qu’on appelle aujourd’hui les «acquis sociaux», que nous nous battons maintenant pour conserver. A plusieurs reprises, elle a réussi à ébranler fortement le système capitaliste, à le mettre réellement en danger. Plus le danger a été important, et plus la répression a été forte. Jusqu’aux guerres pour préserver le système (1ère et 2ème guerres mondiales), avec leurs dizaines de millions de morts.

La lutte des travailleurs a plusieurs fois aussi été écrasée, mais elle s’est toujours relevée.

Aujourd’hui, nous devons commémorer ces luttes du passé, mais surtout conforter celles du présent et bien sûr préparer celles de l’avenir. Tous les coups portés contre les travailleurs nous font voir clairement qu’il faut nous mettre en ordre de marche, que nous ne pourrons ni conserver nos acquis, et encore moins progresser, sans nous organiser et nous battre.

Donc le 1er mai, manifestons ensemble, en même temps que nos camarades travailleurs dans la plupart des pays du monde. Une manifestation réussie est un premier pas vers la mobilisation de tous.


Voilà, voilà ...

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
teckel
Vraiment Hip-Hop
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 03/11/2007

MessageSujet: Re: 1er Mai : Journée de lutte Internationale des Travailleurs   Jeu 1 Mai à 19:26

moi je glande le 1er mai Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
1er Mai : Journée de lutte Internationale des Travailleurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 17 et 18 octobre : journées de lutte contre la politique d'immigration
» MRTNE:Journée de la Mémoire Mosellane
» Nantes - Folle Journée 2009
» Lutte pour sauvegarder un trésor Montréalais
» Journées Portes Ouvertes CNSMDP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Discussions générales-
Sauter vers: