AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La crise économomique du capitalisme

Aller en bas 
AuteurMessage
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: La crise économomique du capitalisme   Sam 13 Déc à 1:13

Wesh mon petit univers Hiphop du 6.9. !!!

Bien ou bien ?


Bon, peut être que vous en avez ras le bol, ça vous met en colère, que les médias vous matraque avec ça ... genre le bourrage de crâne habituel ... entre autre objectif : démoraliser, paralyser, démotiver, anesthésier les téléspectateurs, les lecteurs, les ouvriers, les employés, les paysans, les exploités de toute sorte.

Ou ils espèrent des réactions, des explosions de colères genre les émeutes en banlieue ... surtout pas d'intelligence pour la jeunesses, pour les exploités ... bah, non !

En fin, j'espère que vous apprécierais cette méthode du Lutte Ouvrière, plus intelligente, et surtout révolutionnaire. Moi j'aimerais que ça soit en vidéo, avec les images qui vont avec :

LA CRISE ÉCONOMIQUE CAPITALISTE :

http://www.audiovideo-lo.org/spip.php?article34

http://www.audiovideo-lo.org/spip.php?article35


A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 9 Jan à 5:40

cette crise pouvait etre evitée car elle etait previsible, tout comme d'autres evenements tragiques contemporains (a bon entendeur...)
à partir de la on peut se poser la question suivante:
A-t-elle été programmée pour justifier le pillage des economies nationales?
(pillage presenté par nos Attali et Sarkozy comme un sauvetage des institutions financieres) mais qui "sauve"-t-on? qui paye de sa poche?
Revenir en haut Aller en bas
joss
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 1106
Age : 29
Localisation : Lentilly69210
Date d'inscription : 19/04/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 9 Jan à 19:44

elle aurait pu être évitée car elle a été programmée...

_________________
www.myspace.com/jossvinylik
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Lun 12 Jan à 16:08

Wesh mon petit univers Hiphop du 6.9.!!!

Bien ou bien ?

C'était prévu, c'était programmé ?

ha bon, ? Par qui ?

Quand on voit les capitalistes se tiraient dans les pattes avant, pendant et au court de la crise financière, de la crise économique mondiale ... ils sont en concurrence ... je pense qu'ils prévoient pas qui va les planter dans le dos ... c'est une bande de requins, c'est le sommet de la jungle.

C'est claire qu'il y a des bourgeois qui en profitent, d'autres pas, de là à dire qu'ils prévoient ... et puis la réaction des gouvernements partout dans le monde même si elle est prévisible, il y a un tas de désaccords, d'hésitations entretenus par leurs capitalistes ... car ce qu'ils prévoient moins, c'est la réaction des exploités ... ils savent pas jusqu'où ils peuvent pousser le bouchon ... ça peut leurs exploser à la figure ...

Les travailleurs peuvent se mettre en lutte, à contester le pouvoir, à le revendiquer, à prendre conscience qu'ils peuvent gérer la société, l'Humanité ... ça c'est moins prévisible, c'est moins programmé ... ça remet en cause les capitalistes, le capitalisme ... ça va à l'opposer de ceux qu'ils rêvent comme conséquences de leur crise économique mondiale ...

En fin, bref, prévisible et programmé, faut rien exagérer, faut pas sur estimer les capitalistes ... faut pas tomber dans les théories du complot, de la conspiration qu'ils peuvent tout contrôler ... faut savoir se détacher d'internet de temps en temps ... faut savoir se déconnecter des médias aux mains de la bourgeoisie, faut savoir écouter les travailleurs, leurs intelligence, pas les rabaisser, pas les sous estimer.


Citation :

Leur société

29 janvier - Rassembler des millions de travailleurs contre patrons et gouvernement

La grève du jeudi 29 janvier devrait rassembler dans tout le pays des millions de travailleurs de toutes les professions, du secteur privé comme du secteur public, de toutes les catégories. Et il est urgent en effet de faire front ensemble pour garantir les intérêts de tous.

Depuis la mi-septembre, l'ensemble de la classe ouvrière a vu redoubler la véritable guerre de classe menée par patrons et gouvernement, dans le but de lui faire payer les conséquences de la crise générale du système capitaliste. Avant même d'avoir écorné les réserves de leurs profits accumulés pendant toutes les années de passées, le patronat, et d'abord les plus grosses entreprises, prennent sur les revenus des travailleurs pour se garantir leurs rentes. Dans toutes les branches, automobile, bâtiment, commerce, finance, services, etc., il y a déjà eu des licenciements par dizaines de milliers. Des menaces pressantes pèsent sur des centaines de milliers d'autres travailleurs pour les mois qui viennent. Le chômage partiel, imposé d'une façon quasi générale dans certaines professions, a entraîné des baisses de salaire considérables. Dans le même temps, le patronat utilise la situation pour remettre en cause le peu qu'il avait concédé aux travailleurs, voire pour obtenir une baisse durable des salaires.

De son côté l'État vide toutes les caisses et distribue des milliards par centaines aux banques, aux gros spéculateurs, au grand patronat. Il accélère encore la mise à mal des services publics pour financer une partie de ces cadeaux gigantesques. La classe ouvrière paye ainsi deux fois, une fois en tant que salariés et une deuxième fois en tant qu'usagers. Les suppressions de postes se comptent par dizaines de milliers dans les hôpitaux, dans l'enseignement, etc., avec une dégradation accélérée de tous ces services vitaux pour la population.

Les travailleurs sont ainsi confrontés aujourd'hui à une même offensive générale de la classe capitaliste et de son gouvernement contre le monde du travail. Il n'y a que la force de millions de travailleurs rassemblés dans une lutte commune qui pourra inverser le cours des choses.

Voilà ce qui rend important d'assurer le succès de la journée de grève et de manifestations du jeudi 29 janvier. Même si les huit confédérations syndicales ne se sont mises d'accord que sur un programme minimum, l'existence même de cet appel commun, tous ensemble le même jour, permettra aux travailleurs de se rassembler dans les usines, les bureaux, dans la rue, au coude à coude, et de vérifier par eux-mêmes, physiquement, qu'ils peuvent représenter une force irrésistible.

Il y a trop longtemps que le monde des riches, des possédants, impose ses privilèges aux dépens de tout le reste de la société. Le 29 janvier doit être, pour le monde du travail, une première étape pour faire savoir qu'il entend, par ses luttes à venir, imposer son droit à la vie pour le présent et l'avenir des siens et de l'immense majorité de la population.

Paul SOREL

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Jeu 15 Jan à 9:28

Ah oui, j'avais oublié, notre padawan a ,à lui seul, le monopole de la critique du systeme
La théorie du complot, ça ne rentre pas dans sa vision etroite et dogmatique (c'est pas marqué dans les livres, du moins pas ceux qu'il lit sans en saisir la substance)
Nous, nous sommes des ignares, si seulement on l'ecoutait comme il nous le dit dans un autre fil, "le savoir est une arme, moi je vous donne les balles, que dis-je les missiles"
je lui ai deja proposé qu'on fasse un featuring sur cette thematique, sans reponse
Et, comble du comble, lorsqu'on ose apporter un point de vue different sur SES fils de discussions, on est forcement quelqu'un qui veut se faire mousser, qui fait sa pub
Revenir en haut Aller en bas
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 16 Jan à 0:36

Wesh mon petit univers hiphop du 6.9.!!!

Bien ou bien ?

V a écrit:

Et, comble du comble, lorsqu'on ose apporter un point de vue différent sur SES fils de discussions, on est forcement quelqu'un qui veut se faire mousser, qui fait sa pub

Mais tu es comme ça toi ..., tu viens te faire mousser, faire t'as pub ...

T'apportes rien dans tes interventions ... moi je veux bien discuter avec toi, mais fais un effort, parles du fond, du monde, parles du sujet, de la crise économique, apportes du savoir, des connaissances.

Et parles pas pour les autres forumeurs, arrête d'utiliser le "ON" ... parles pour toi ... ils sont assez grand pour écrire, lire, répondre, discuter. Moi, j'écris ma vision de l'univers, du monde, de l'humanité, des exploités, c'est ma vision, c'est personnel ... je débats, je polémique, sur ça, je fais des battles avec ça ... bien sûr le but c'est de me faire des potes, des copains, des amis, des camarades, des révolutionnaires, mais ça commence par moi ... alors, je parle en mon nom ... alors, parle en ton nom ...

a+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 16 Jan à 0:40

le "on" impersonnel, tu connais? Sinon j'aurais utiliser le "nous"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 16 Jan à 0:43

Au lieu de chercher ton "savoir" et tes "connaissances" dans les livres, tu ferais mieux de trouver des reponses en toi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 16 Jan à 0:47

sinon pour le feat t'es chaud ou pas jedi laly-n?
Revenir en haut Aller en bas
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 16 Jan à 0:49

Wesh mon petit univers hiphop du 6.9.!!!

Bien ou bien ?


V a écrit:
le "on" impersonnel, tu connais? Sinon j'aurais utiliser le "nous"

Admettons ton honnêteté ... et sur la crise économique qui frappe les exploités du monde entier, tu as quoi à dire ?

PS ... oui, c'est ça ... je cherche en moi ... un peu comme les shaolins ... version communistes révolutionnaire ... je me mets en lien conscient avec l'univers, le monde, l'humanité, l'autre pour trouver qui je suis vraiment, pour évoluer, pour avancer, pour passer à des stades au dessus ...

voilà, je fais ça à travers le savoir, les connaissances des livres, des films, d'internet aussi, et oui, faut vivre avec son temps aussi ... c'est comme ça que je regarde les organes, les molécules, les particules élémentaires qui me compose de la tête au pied ...

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 16 Jan à 1:14

bah je dis qu'elle a pour but d'affaiblir les economies nationales, de terroriser les salariés, de favoriser les "economies paralelles",le terrorisme et les guerres, d'assoir la domination de la bourgeoisie internationale...il y a tellement à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 16 Jan à 1:16

merci d'admettre mon honneteté cheers
Revenir en haut Aller en bas
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 16 Jan à 1:44

Wesh mon petit univers Hiphop du 6.9.!!!

Bien ou bien ?



Bon, bah, sur cette analyse on va pas être d'accord :

V a écrit:
bah je dis qu'elle a pour but d'affaiblir les economies nationales,

Le capitalisme n'a que faire du nationalisme, de l'économie nationale ... à certaine période, il l'a renforcé, à d'autres il l'a pillé, il l'a pourri, il l'a détruit ... mais fondamentalement le capitalisme depuis 2 siècles qu'il soit en expansion ou en crise, il gagne, les capitalistes gagnent.

Et l'économie nationale, n'a vraiment pas d'avenir, c'est source du protectionnisme, du nationalisme, de la xénophobie ... dans une économie mondialisé, ça n'a pas sa place ...

V a écrit:

de terroriser les salariés,

Oui et non ... en pleine crise la terreur, la peur, l'angoisse des travailleurs peut se transformer en son contraire, la colère, le courage ... Juin 36, le Front Populaire par exemple.

V a écrit:

de favoriser les "economies paralelles",

Non, c'est le capitalisme, les capitalistes qui en sortent gagnant, le gangstérisme, la mafia proportionnellement ne prend pas plus de place, au contraire il s'allie facilement à la bourgeoisie, il se blanchis, il a tendance à diminuer ... Les bourgeois reçoivent des subventions de l'état ...

C'est les travailleurs qui payent à travers leurs impôts et l'exploitation ... les exploités ne peuvent que se révolter, ils ont pas le choix, les révolutionnaires ne peuvent que prendre en compte cette révolte, ils peuvent que représenter cette vaste classe d'exploités, ils se mettent à leur service, en fait, c'est eux aussi des exploités, il sont implanté au coeur des exploités..

V a écrit:

le terrorisme et les guerres, d'assoir la domination de la bourgeoisie internationale...il y a tellement à dire.

Oui ... je dirais plutôt qu'en période de crise, les capitalistes pour faire tourner la machine économique investissent dans l'armement, la militarisation, l'économie de guerre ... montent les travailleurs les uns contre les autres ... ethnies, religions, racismes, nationalismes, amalgame de tout ça ... pour se faire mondialement des profits, des bénéfices.

IL y a tellement à dire ... il faut dire, répéter avec des mots justes, défendre ses idées révolutionnaires s'il en est ... ça court pas les rues, faut qu'on soit plus nombreux, faut qu'on se sert les coudes ... les petites critiques entre révolutionnaires ... bof, je suis pas contre, mais c'est nuisible, faut chercher les points communs, ce qui nous rassemble ... que la chicane ...

Il faut un fond d'idées révolutionnaires communes, moi, elles sont communiste, marxiste, Léniniste, trotskiste, parce qu'elles ont fait leur preuve parmi les travailleurs ... mieux que les anarchistes ... et évidemment toutes les idées de droite, bourgeoisie, d'extrême droite. Les travailleuses, travailleurs, les exploités du monde entier au court de 2 siècle ont pu faire connaissance et l'expérience du marxisme, du léninisme, du trotskisme.


En fin, voilà ...


A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 16 Jan à 2:38

Citation :
Et l'économie nationale, n'a vraiment pas d'avenir, c'est source du protectionnisme, du nationalisme, de la xénophobie ... dans une économie mondialisé, ça n'a pas sa place ...

la mise en place d'une economie mondialisée c'est justement ça le but de cette crise, je ne suis pas contre le principe mais je suis contre les applications concretes, comment ça nous est amené
je suis contre la hierarchie pyramidale (qui ne peut etre que vouée à l'echec etant donné qu'elle engendrera, engendre et a engendré toujours plus de frustration à la base que de satisfaction au sommet)

apres le nationalisme n'est absolument pas le racisme c'est ,en un sens, tout le contraire: le sens des mots etant pervertit, on a tendance a confondre avec communautarisme(je peux detailler plus ce point si tu le souhaite)
tu crois pas que les personnes issues de l'immigration prefereraient prosperer chez eux? Ils ne sont pas venus par choix
Je le sais tres bien parce que je suis issu de l'immigration

Citation :
V a écrit:

de terroriser les salariés,


Oui et non ... en pleine crise la terreur, la peur, l'angoisse des travailleurs peut se transformer en son contraire, la colère, le courage ... Juin 36, le Front Populaire par exemple.

Entierement d'accord avec toi, mais c'est quand meme leur but. Apres, je prefere me referer à la resistance plutot qu'au front populaire...

Citation :
V a écrit:

de favoriser les "economies paralelles",


Non, c'est le capitalisme, les capitalistes qui en sortent gagnant, le gangstérisme, la mafia proportionnellement ne prend pas plus de place, au contraire il s'allie facilement à la bourgeoisie, il se blanchis, il a tendance à diminuer ... Les bourgeois reçoivent des subventions de l'état ...

quand je dis favoriser les economies paralleles, c'est corrompre et criminaliser les proletaires , les chomeurs, les detourner de la revendication...on préfere avoirs des gangstas qui se battent pour une rue, qu'on pourra plus facilement combattre que des gens conscients, organisés

Apres la mafia et la bourgeoisie, pour moi, c'est exactement la meme chose

Citation :
V a écrit:

le terrorisme et les guerres, d'assoir la domination de la bourgeoisie internationale...il y a tellement à dire.


Oui ... je dirais plutôt qu'en période de crise, les capitalistes pour faire tourner la machine économique investissent dans l'armement, la militarisation, l'économie de guerre ... montent les travailleurs les uns contre les autres ... ethnies, religions, racismes, nationalismes, amalgame de tout ça ... pour se faire mondialement des profits, des bénéfices.

j'aimerai partager ce point de vue optimiste mais j'ai l'impression que ça va plus loin.Ce n'est pas seulement pour faire du business, c'est je pense, pour reduire de façon significative la population mondiale
Je m'explique, à l'heure des nouvelles technologies, de l'industrie automatisée, les "élites" se rendent bien compte que le peuple ne sert plus à rien. Cette guerre contre le peuple se fait bien sur à coups de d'affrontements et d'attentats.Mais encore plus dans la consommation (malbouffe, ogm, telephones portables...)ajoutons à cela une "culture de mort" psychopathogène (gangsta rap, tv realité, pornographie, films glauques et violents...)
Revenir en haut Aller en bas
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Mar 20 Jan à 18:55

LUTTE OUVRIERE a écrit:

29 JANVIER : MONTRONS QUE NOUS REFUSONS DE FAIRE LES FRAIS DE LA CRISE DU SYSTÈME CAPITALISTE !

La crise du système capitaliste ne cesse de s'approfondir. "Les perspectives économiques du monde pour 2009 se présentent mal" affirme Dominique Strauss-Kahn, le directeur du Fonds Monétaire International.

On dit souvent que ce qui se passe aux États-Unis annonce ce qui passera ensuite en Europe. Eh bien, dans ce pays où s'était amorcée la crise financière en 2007, près de deux pour cent des familles (c'est-à-dire des millions de personnes) ont vu leur logement saisi ou en voie de l'être en 2008, 81% de plus que l'année précédente. La Bank of America, qui avait racheté en septembre dernier la banque Merrill Lynch en faillite, en difficulté à son tour, vient de recevoir une aide globale de 30 milliards de dollars de l'État. Ces injections de dollars au profit des grandes entreprises n'ont pas empêché la destruction de 2,6 millions d'emplois en 2008.

En France, la récession s'accentue. Le Produit Intérieur Brut a reculé de plus de 1% au quatrième trimestre, par rapport au même trimestre de l'année précédente. Et ici aussi l'État distribue des sommes considérables au grand patronat. Luc Chatel, le secrétaire d'État à l'Industrie, vient d'annoncer qu'un fonds de 300 millions d'euros était prévu pour venir en aide à l'industrie automobile, qui a pourtant annoncé des bénéfices substantiels pour l'année 2008.

Ce même Luc Chatel a eu le culot de déclarer : "Nous ne serons pas le gouvernement qui soutiendra et acceptera des fermetures d'usines". Mais que fait d'autre le gouvernement depuis des mois, alors que les annonces de fermetures d'entreprises se succèdent sans interruption ?

Ces propos sont aussi hypocrites que ceux de Christine Lagarde, la ministre de l'Économie, qui arrose les banques... tout en assurant qu'elle "désignerait à l'opinion publique" celles qui n'utiliseraient ces fonds que pour mieux rémunérer leurs actionnaires et leurs dirigeants.

Bien évidemment, le gouvernement prétend que ces aides aux entreprises serviront à sauver des emplois. Mais le patronat empoche ces aides sans que cela freine les suppressions d'emplois et la montée des chiffres du chômage.

Le patronat veut faire supporter tous les frais de la crise à la population laborieuse. Et l'État français au service des patrons, pour dégager les sommes colossales qu'il met à leur disposition, réduit les moyens de services publics pourtant indispensables comme par exemple la santé, les transports en commun, l'enseignement, la Poste, en même temps qu'il ne fait rien pour lutter contre la scandaleuse crise du logement qui condamne des millions de gens à vivre dans des conditions indignes.

Eh bien, le monde du travail ne peut pas se résigner à cette régression sociale. L'ensemble des confédérations syndicales du pays appelle à faire du 29 janvier une journée de grèves et de manifestations contre la politique gouvernementale. Il faut que cette journée soit un succès. Une seule journée d'action, fût-elle réussie, ne suffira certes pas à faire reculer le patronat et le gouvernement. Mais elle leur montrera que nombreux sont les travailleurs qui se refusent à supporter les frais de la crise du système capitaliste. Et que demain ils peuvent être encore plus nombreux. Cela montrera aussi aux dirigeants des grandes organisations syndicales, qu'ils doivent préparer tous les salariés à la contre-offensive nécessaire. Le 29 janvier doit en effet être le premier acte d'une mobilisation destinée, à chaque étape, à entraîner dans la lutte de nouveaux contingents de travailleurs, à redonner confiance à ceux qui ne croient plus dans la capacité du monde du travail à faire bouger les choses.

Le patronat et le gouvernement ne reculeront que s'ils craignent une explosion sociale. Et cette crainte, ils ne peuvent l'avoir que s'ils ont le sentiment que le 29 janvier ne sera pas une journée de lutte sans lendemain, qu'il est l'annonciateur d'autres mobilisations, plus massives et plus déterminées encore.

Arlette Laguiller

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Mar 20 Jan à 19:38

Wesh mon petit univers Hiphop du 6.9.!!!

Bien ou bien ?


V a écrit:
Citation :
Et l'économie nationale, n'a vraiment pas d'avenir, c'est source du protectionnisme, du nationalisme, de la xénophobie ... dans une économie mondialisé, ça n'a pas sa place ...

la mise en place d'une economie mondialisée c'est justement ça le but de cette crise, je ne suis pas contre le principe mais je suis contre les applications concretes, comment ça nous est amené
je suis contre la hierarchie pyramidale (qui ne peut etre que vouée à l'echec etant donné qu'elle engendrera, engendre et a engendré toujours plus de frustration à la base que de satisfaction au sommet)

apres le nationalisme n'est absolument pas le racisme c'est ,en un sens, tout le contraire: le sens des mots etant pervertit, on a tendance a confondre avec communautarisme(je peux detailler plus ce point si tu le souhaite)
tu crois pas que les personnes issues de l'immigration prefereraient prosperer chez eux? Ils ne sont pas venus par choix
Je le sais tres bien parce que je suis issu de l'immigration

Déjà la mondialisation ... c'est pas quelque chose à venir ... on vit avec ça depuis que Christophe Colomb à traversé l'Atlantique.

Tu te souviens ? Pillage du continent américain, extermination des indiens au sud au nord ... 16ème siècle, 17ème siècle ... ça fait un bail qu'on est dans la mondialisation. Et puis l'esclavage, la colonisation du monde, le partage des colonies, des marchés sur toute la terre, de la main d'oeuvre. ça date, ça fait un bail qu'on vit la mondialisation. C'est ça qui a parmi au commerce de se développer en Europe, de développer l'artisanat, les manufactures, l'industrie, les technologies ... ça fait partie de la mondialisation tout ça ... l'Humanité ça fait des siècles qu'elle est mondialisé.

Le capitalisme est mondiale, il n'a que faire des frontières, il les as changé au grès de ses appétits financiers, au grès de l'appât du gain. Il n'a que faire des ethnies, des religions, du racisme, du nationalisme, lui c'est mondialement qu'il exploite les paysans, les mineurs, les ouvriers, les employés, les travailleurs intellectuels ... les frontières ça devient des prisons, des cages dorés ... ça empêche les exploités de fraterniser, de s'unir, de se serrer les coudes, de se soutenir, de s'encourager les uns les autres, d'agir ensemble, d'inventer ensemble, d'innover ensemble, de changer le monde ensemble.

Les exploités n'ont pas d'ethnies, pas de religion, de races, de patrie, de communauté, ils ont tous des intérêts communs, collectifs ... travailler, avoir un bon salaire, manger bien, se vêtir classe, avoir un toit sur la tête, être en bonne santé, en forme, avoir une bonne éducation, avoir des loisirs, des vacances de plus en plus, avoir une vie épanouissante à tout age ... de la naissance à la retraite ... le communautarisme c'est source à embrouille, diviser pour régner, et c'est la bourgeoisie, les capitalistes qui règnent.

Les travailleuses, travailleurs ont du potentiel, des capacités qu'ils soupçonnent à peine ... les technologies, les sciences ... en ce moment ça sert à la bourgeoisie ... dans les guerres par exemple comme à Gaza ... mais ça peut sauver des vies, les soigner, construire des villages, des villes, des transports en communs, des moyens de communications, ça peut changer la vie humaine fondamentalement ... seul les exploités tous ensemble ont intérêt à ça ...

Ne serait que dans l'agro alimentaire on sait qu'on a les capacités de nourrir 2 fois l'Humanité ... et c'est le secteur de l'économie le moins développés ... les capacités, le potentiel est double, voire illimité ailleur ... urbanisme, transports, communications, créations artistique, science ... etc, etc ...


V a écrit:

Citation :
V a écrit:

le terrorisme et les guerres, d'assoir la domination de la bourgeoisie internationale...il y a tellement à dire.


Oui ... je dirais plutôt qu'en période de crise, les capitalistes pour faire tourner la machine économique investissent dans l'armement, la militarisation, l'économie de guerre ... montent les travailleurs les uns contre les autres ... ethnies, religions, racismes, nationalismes, amalgame de tout ça ... pour se faire mondialement des profits, des bénéfices.

j'aimerai partager ce point de vue optimiste

Heu ... t'as vu ce que tu cites ? c'est optimiste ça ?

Le socialisme, le communisme, c'est optimiste, mais le capitalisme qui entraine l'humanité, les travailleuses, travailleurs dans des destructions c'est pessimiste, dramatique, tragique, horrible, barbare ...

V a écrit:

mais j'ai l'impression que ça va plus loin.Ce n'est pas seulement pour faire du business, c'est je pense, pour réduire de façon significative la population mondiale

Non, c'st le contraire ... ils réduisent les effentifs des travailleurs parceque ça leur rapportent de l'argent, c'est le capitalisme qui produit, vent et détruit de la technologie, des travailleuses, travailleurs ... ça se transforme en finance, en bulles spéculatives.

V a écrit:

Je m'explique, à l'heure des nouvelles technologies, de l'industrie automatisée, les "élites" se rendent bien compte que le peuple ne sert plus à rien.

NON, infiniment NON !

Avec ça, on a plus besoins du système capitaliste, du système d'exploitation, le capitalisme, donc les capitalistes, donc les élites, bourgeoisie qui exploitent les travailleurs.

Parlons d'exploités, de travailleuses, travailleurs, car le peuple c'est un mot camouflage pour la bourgeoisie.

Sinon, comme je le disais plus haut, les technologies au main des travailleuses, travailleurs peuvent satisfaire leurs besoins vitaux, urgents, essentiels mais aussi leur donner de plus en plus de loisir, de vacances, de liberté intellectuelle, physique. C'est tout le potentiel, toute les capacités qui sont renfermé dans les exploités et les technologies, l'industrie qu'il cotoient au quotidien, c'est en fait leur prolongement, ç n'en fait qu'un ... mais les travailleuses, travailleurs n'en n'ont pas conscience ou trop peu.

C'est à ça que ça sert les militants communistes, à élever les consciences des travailleuses, travailleurs.

V a écrit:

Cette guerre contre le peuple se fait bien sur à coups de d'affrontements et d'attentats. Mais encore plus dans la consommation (malbouffe, ogm, telephones portables...)ajoutons à cela une "culture de mort" psychopathogène (gangsta rap, tv realité, pornographie, films glauques et violents...)

heu ... moi, je suis pas contre la consommation des richesses qu'on produit, qu'on étudie bien soigneusement, scientifiquement avant de produire, en les produisant, qu'on suit même au cour de la consommation ... en fait que les travailleurs contrôle du début à la fin de manière scientifique rigoureuse, en fait, les travailleurs ont le pouvoir dessus et font pas n'importe quoi pour le profit, le bénéfice à out prix.

Je suis pour que tout le monde mange bien partout sur terre, des méchantes recettes et même des inventions.

Je suis pour les OGM sous contrôle des travailleuses, travailleurs, sous contrôle scientifique

Je suis pour les moyens de communication moderne, même les portable ... mais en fin ... chacun son portable, je trouve ça ridicule ... d'ailleurs je suis pour les transports en communs gratuit, et la communication gratuite ... pour aller plus loin, pour l'éducation, la culture gratuite ...

Quand à la culture dans les médias ... c'est la bourgeoisie qui fait la plus part des programmes ... de la culture révolutionnaire, ça court pas les rues, si t'en veux ... des livres ... des films ... de la musique ... vas y demande ... vas y fais le ...

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Jeu 22 Jan à 3:11

Wesh mon petit univers Hiphop du 6.9.!!!

Bien ou Bien ?



J'espère qu'il y aura du monde de madein69
cheers thumright thumleft


LUTTE OUVRIERE a écrit:

29 JANVIER : MONTRONS QUE NOUS REFUSONS DE FAIRE LES FRAIS DE LA CRISE DU SYSTÈME CAPITALISTE !

La crise du système capitaliste ne cesse de s'approfondir. "Les perspectives économiques du monde pour 2009 se présentent mal" affirme Dominique Strauss-Kahn, le directeur du Fonds Monétaire International.

On dit souvent que ce qui se passe aux États-Unis annonce ce qui passera ensuite en Europe. Eh bien, dans ce pays où s'était amorcée la crise financière en 2007, près de deux pour cent des familles (c'est-à-dire des millions de personnes) ont vu leur logement saisi ou en voie de l'être en 2008, 81% de plus que l'année précédente. La Bank of America, qui avait racheté en septembre dernier la banque Merrill Lynch en faillite, en difficulté à son tour, vient de recevoir une aide globale de 30 milliards de dollars de l'État. Ces injections de dollars au profit des grandes entreprises n'ont pas empêché la destruction de 2,6 millions d'emplois en 2008.

En France, la récession s'accentue. Le Produit Intérieur Brut a reculé de plus de 1% au quatrième trimestre, par rapport au même trimestre de l'année précédente. Et ici aussi l'État distribue des sommes considérables au grand patronat. Luc Chatel, le secrétaire d'État à l'Industrie, vient d'annoncer qu'un fonds de 300 millions d'euros était prévu pour venir en aide à l'industrie automobile, qui a pourtant annoncé des bénéfices substantiels pour l'année 2008.

Ce même Luc Chatel a eu le culot de déclarer : "Nous ne serons pas le gouvernement qui soutiendra et acceptera des fermetures d'usines". Mais que fait d'autre le gouvernement depuis des mois, alors que les annonces de fermetures d'entreprises se succèdent sans interruption ?

Ces propos sont aussi hypocrites que ceux de Christine Lagarde, la ministre de l'Économie, qui arrose les banques... tout en assurant qu'elle "désignerait à l'opinion publique" celles qui n'utiliseraient ces fonds que pour mieux rémunérer leurs actionnaires et leurs dirigeants.

Bien évidemment, le gouvernement prétend que ces aides aux entreprises serviront à sauver des emplois. Mais le patronat empoche ces aides sans que cela freine les suppressions d'emplois et la montée des chiffres du chômage.

Le patronat veut faire supporter tous les frais de la crise à la population laborieuse. Et l'État français au service des patrons, pour dégager les sommes colossales qu'il met à leur disposition, réduit les moyens de services publics pourtant indispensables comme par exemple la santé, les transports en commun, l'enseignement, la Poste, en même temps qu'il ne fait rien pour lutter contre la scandaleuse crise du logement qui condamne des millions de gens à vivre dans des conditions indignes.

Eh bien, le monde du travail ne peut pas se résigner à cette régression sociale. L'ensemble des confédérations syndicales du pays appelle à faire du 29 janvier une journée de grèves et de manifestations contre la politique gouvernementale. Il faut que cette journée soit un succès. Une seule journée d'action, fût-elle réussie, ne suffira certes pas à faire reculer le patronat et le gouvernement. Mais elle leur montrera que nombreux sont les travailleurs qui se refusent à supporter les frais de la crise du système capitaliste. Et que demain ils peuvent être encore plus nombreux. Cela montrera aussi aux dirigeants des grandes organisations syndicales, qu'ils doivent préparer tous les salariés à la contre-offensive nécessaire. Le 29 janvier doit en effet être le premier acte d'une mobilisation destinée, à chaque étape, à entraîner dans la lutte de nouveaux contingents de travailleurs, à redonner confiance à ceux qui ne croient plus dans la capacité du monde du travail à faire bouger les choses.

Le patronat et le gouvernement ne reculeront que s'ils craignent une explosion sociale. Et cette crainte, ils ne peuvent l'avoir que s'ils ont le sentiment que le 29 janvier ne sera pas une journée de lutte sans lendemain, qu'il est l'annonciateur d'autres mobilisations, plus massives et plus déterminées encore.

Arlette Laguiller

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Ven 30 Jan à 1:38

Wesh mon petit univers Hiphop du 6.9. !!!

Bien ou Bien ?

Trop, trop bonne journée aujourd'hui ! ça fait plaisir de voire autant de prolétaires dans ma ville, avec le cortège Lutte Ouvrière on a du attendre 1h30 - 2h ... sinon apparemment il y avait 15 000 manifestants selon la police, selon quelques copains 25 milles ... et selon certains syndicats, CGT, je crois ... Heu ... 60 000 rolleyes.gif en tout cas public-privée était bien là, les travailleurs du privée même s'ils étaient minoritaires, étaient plus nombreux que d'habitude ... et puis j'ai vu des copains, des copines que j'avais jamais vu en manifestation ... ça faisait plaisir.

Voilà, comment ça se préparait :

https://www.dailymotion.com/video/x86b15_a-la-veille-de-la-greve-generale

Plus d'1 millions de prolétaires manifestent dans ce bled :

https://www.dailymotion.com/video/x86xef_au-coeur-de-la-manifestation-du-29_news

En Guadeloupe ça fait une semaine que ça dure :

http://www.rue89.com/2009/01/23/la-guadeloupe-paralysee-par-la-greve-generale

Une journée dans la vie d’Agathe, ouvrière en grève :

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1604


A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Lun 2 Fév à 20:47

Wesh mon petit univers Hiphop du 6.9.!!!

Bien ou bien ?


LUTTE OUVRIÈRE a écrit:


APRÈS LE SUCCÈS DU 29 JANVIER, IL FAUT CONTINUER ET RENFORCER LA MOBILISATION

Deux millions et demi de manifestants dans la rue, selon les syndicats, plus d'un million, même d'après la police : la journée du 29 janvier a été un succès. Ceux qui se sont mis en grève sont revenus des manifestations avec le moral remonté.

Le gouvernement lui-même a concédé, par la voix du nouveau ministre du Travail, Brice Hortefeux, qu'"à l'évidence, il y a eu du monde" et que cela est "l'expression d'une inquiétude" face à la crise.

Mais ce n'est pas seulement de l'inquiétude, c'est du mécontentement et de la colère. Et pas face à la crise, mais contre le patronat et le gouvernement. Contre les licenciements qui se multiplient ; contre les bas salaires ; contre la précarité ; contre ce gouvernement qui trouve des milliards pour arroser banquiers et patrons de l'industrie mais qui aggrave la situation des salariés.

Les travailleurs ont été nombreux à répondre à l'appel des syndicats.Personne ne peut penser cependant qu'une seule journée même réussie fera reculer le gouvernement et le grand patronat.

La question qui se pose, c'est la suite à donner à cette journée. Les directions syndicales sont mises devant leurs responsabilités. Elles auraient dû annoncer immédiatement une suite, une nouvelle journée de grèves et de manifestations.

À l'heure où nous écrivons, les dirigeants syndicaux se réunissent pour définir une attitude commune. Mais les déclarations de certains n'augurent rien de bon. Ceux qui se sont exprimés conditionnent une éventuelle suite de l'action à la réponse de Sarkozy.

Mais cette réponse, le gouvernement l'a déjà donnée par la bouche du Premier ministre qui a annoncé qu'il n'est pas question d'arrêter ce qu'il appelle les "réformes", c'est-à-dire les mesures anti-ouvrières qui se succèdent en rafales.

Alors, à quoi les dirigeants syndicaux s'attendent-ils, qui pourrait représenter un espoir pour les travailleurs ? La déclaration de Sarkozy à la télévision au milieu de la semaine ? Mais il n'est pas difficile de prévoir qu'il se contentera de brasser du vent. Sa promesse de rencontrer les dirigeants syndicaux ? Mais la date n'en est même pas encore fixée ! Et qu'est-ce qu'il peut en sortir, à part des stupidités du genre "travailler plus pour gagner plus" ?

Mais ce gouvernement et ce président ne sont pas là pour aider les salariés à sortir la tête de l'eau. Ils sont là pour les enfoncer. Ils sont là pour présenter avec des mots creux ou mensongers la politique exigée par le grand patronat qui est de sauver le profit des entreprises, les revenus de la bourgeoisie, malgré la crise, en dépouillant encore plus les salariés.

Conditionner la suite indispensable à ce que peuvent dire ou promettre Sarkozy et ses ministres, c'est trahir les intérêts des travailleurs. Le patronat et le gouvernement peuvent s'accommoder d'une seule journée de grèves et de manifestations. Seule une mobilisation croissante peut leur faire craindre que cette mobilisation débouche sur la grève générale jusqu'à la satisfaction des revendications.

Les travailleurs de Guadeloupe viennent de faire la démonstration que, même pour se faire entendre, il leur a fallu bloquer la vie économique de l'île. Et c'est parce qu'ils ont le courage de continuer après deux semaines que le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer s'est senti obligé de se rendre sur place et que les médias parlent de leurs revendications.

Leur détermination mérite le respect de tous les travailleurs. Mais, à quelques dizaines de milliers, il leur est évidemment plus difficile qu'à l'ensemble du monde du travail à l'échelle du pays, d'imposer leurs revendications.

Les directions syndicales prétextent qu'il faut du temps pour "construire un mouvement" comme celui du 29 janvier ! Mais c'est une raison de plus pour que, quelle que soit la date choisie pour la prochaine échéance, elle soit annoncée afin que les militants et les travailleurs les plus décidés puissent la préparer.

Ce serait aux directions syndicales de fixer ces échéances. Qu'elles prennent garde : si, obnubilées par les seules négociations, elles ne font pas leur travail, elles ne fixent pas un programme de mobilisation avec des échéances, les luttes éclateront et se généraliseront sans elles, de la base.

Nous défendre contre nos exploiteurs et leurs domestiques au gouvernement devient indispensable, vital. Nous en avons la force.

Arlette Laguiller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Mar 3 Fév à 1:26

Wesh mon petit univers Hiphop du 6.9.!!!

Bien ou Bien ?


LA GRÈVE GÉNÉRALE EN GUADELOUPE, là bas aussi, les travailleuses, travailleurs veulent pas payer la crise !

COMBAT OUVRIER a écrit:

Editorial

Le point sur le mouvement

Après deux semaines de grève générale, les travailleurs de Guadeloupe à la tête de toute la population laborieuse ont engagé une lutte pour obtenir des améliorations de leur situation.

Ils ont mis en avant la revendication d'une augmentation de 200 euros des salaires, des retraites et des minima sociaux. Mais d'autres problèmes importants ont été soulevés. Le mouvement regroupé dans une alliance «Lyannaj kont pwofitasyon-LKP» (Alliance contre l'exploitation) réclame des baisses de prix sur les biens courants, sur les carburants (50 cts), la titularisation des précaires (après deux CDD, obligation d'embaucher et titulariser le salarié), arrêt d'abus sur les intérimaires, gel des augmentations des loyers et annulation de la hausse de 2,98%.

Bien d'autres revendications touchent d'autres catégories sociales: pécheurs, agriculteurs. La grève générale a soulevé aussi des problèmes de formation et de l'éducation. Les syndicats enseignants sont d'ailleurs en négociation permanente avec le recteur depuis le début du mouvement.

La force du mouvement en cours est incontestable plusieurs manifestations ont mis dans la rue des milliers de personnes (jusqu'à plus de 20000 certains jours, et ce vendredi 30 janvier entre 30 et 50 000). La présence permanente de centaines de gens toute la journée aux abords du siège de LKP, le maintien de la grève dans de nombreuses grandes zones d'emplois (centres commerciaux, zone industrielle de Jarry, services publics, pompistes etc.) montrent que ce mouvement a un bon enracinement populaire.

Face à lui, il y a deux types d'interlocuteurs. Il y a l'état (représenté par le préfet), les collectivités (conseils régional et général) qui sont censés répondre sur des revendications telles que la formation d'un SMIC guadeloupéen, la baisse sur les taxes et les prix du carburant, sur les transports, sur l'amélioration des revenus des handicapés etc. Et d'autre part, il y a les représentants du patronat à qui s'adresse particulièrement la revendication d'une augmentation des salaires.

Après quatre séances de négociation, on a tourné en rond et surtout tous ces gens-là ont passé leur temps à expliquer aux représentants des grévistes et de LKP à quel point leurs revendications étaient difficiles, voire impossibles à satisfaire. Le ministre Jego a même proposé de répondre d'ici mars et son représentant local le préfet a quitté la négociation. Pour l'instant LKP a proposé de négocier avec les collectivités et avec le patronat. Dans le même temps, dans certaines entreprises publiques, des négociations se poursuivent. A l'ONF, à Pôle emploi, dans l'éducation nationale, certains maires proposent de répondre pour leur commune aux revendications de LKP (cas des Abymes).

W. Angèle, représentant du MEDEF, persiste et signe: s'il se rend à une nouvelle négociation, ce sera pour expliquer, chiffres à l'appui, que le patronat ne peut pas supporter une augmentation de 200 euros; mais il ne fait pas du tout état des chiffres d'accumulation de profits, réalisés depuis des années sur le dos des travailleurs. Or l'état confirme l'exonération totale sur les charges sociales et leur donne même un coup de pousse. Les salaires seront exonérés de charges jusqu'à 1,4 SMIC et 1,6 SMIC dans l'hôtellerie. Vendredi et samedi, de nouvelles négociations vont s'ouvrir.

On ne sait pas ce qu'il en sortira mais quoi qu'il en soit, les travailleurs ont gagné pour eux-mêmes quelque chose: ils ont fait la démonstration qu'ils pouvaient réaliser un mouvement d'ensemble large et conscient. Cette arme de la grève générale entre désormais dans l'arsenal des travailleurs de Guadeloupe.

Face à un patronat arrogant qui tient bon, il faudra plus d'une lutte de ce genre pour changer le sort des travailleurs et des pauvres. Le patronat est arrogant et résistant parce qu'il sait pouvoir compter sur une force militaire puissante qui est totalement mise à sa disposition par le gouvernement. Si la grève générale continue, le préfet cherchera à prendre des dispositions pour casser la résistance des gérants de stations et des ouvriers pompistes, il tentera de s'opposer grâce à ses forces de répression aux actions menées par les piquets de grève et par la grève marchante. Celle-ci cherchera à maintenir la grève en allant d'entreprise en entreprise. Le patronat sait que le préfet est totalement disposé à mettre cette force à son service.

Mais il n'y a pas que lui contre les grévistes. Un grand nombres d'élus avec leur discours venimeux, hypocrite, prétendent comprendre les revendications de LKP mais estiment qu'on ne doit pas bloquer la Guadeloupe, que l'économie est en danger. Victorin Lurel, en la matière, remporte le pompon. Tous ses discours sont ponctués de l'affirmation que ce n'est pas la rue qui change les choses, que c'est les assemblées, les institutions. Il se prétend socialiste et n'a pas hésité à désigner le mouvement de grève comme étant de la chienlit et autres expressions du même genre. Mais ce prétendu socialiste, si hostile au mouvement et aux luttes des travailleurs, devrait savoir que tous les progrès sociaux ne se sont réalisés que de deux manières: sous la pression de la rue, des grèves, des manifestations, (diminution du temps de travail, congés payés, protection sociale etc.) ou lorsque à l'évidence, des progrès étaient indispensables pour permettre aux capitalistes d'améliorer leurs profits (école publique obligatoire, par exemple). Ces élus hypocrites prétendent qu'ils sont opposés à toute forme de répression, mais le gouvernement ne leur demandera pas leur avis pour le faire.

Alors, pour le mouvement de grève, il reste encore beaucoup de possibilités d'élargir la mobilisation. Comme le mouvement est très populaire, il peut faire appel à la capacité des gens de la population laborieuse et pauvre à s'organiser eux-mêmes, à répandre les luttes dans toutes les communes, à créer leur propre LKP local. Ils peuvent associer dans des collectifs LKP tous ceux dans la population, quelles que soient leur opinion, leur appartenance politique, qui veulent défendre par la lutte le programme de revendications.

Il faut que le gouvernement, les patrons et tous leurs sbires sachent qu'ils n'auront pas affaire à 10000 ou 20000 manifestants, mais à une masse de plusieurs dizaines de milliers de travailleurs, de pauvres, de petits paysans prêts à se dresser contre eux.

Nous sommes conscients d'être seulement au début d'une lutte qui devra se prolonger pendant des mois et des mois. Ce qu'apprennent aujourd'hui les travailleurs et les pauvres leur servira de tremplin pour de futurs combats. Et quelle que soit l'issue de la lutte actuelle, les faits sociaux, les souffrances, les blessures qui l'ont provoquée aujourd'hui, si elles ne sont pas réparées, provoqueront inéluctablement le surgissement de nouvelles luttes - espérons le - de plus en plus conscientes, de mieux en mieux organisées. L'avenir n'appartient pas à cette classe de possédants égoïstes qui ont les doigts crispés sur leur coffre-fort, qui ont un portefeuille à la place du coeur. Les êtres humains méritent mieux que cela, une société dirigée autrement que par ces gens-là, une société plus juste et plus fraternelle.

http://www.combat-ouvrier.net/co1001/1001_0.htm

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Jedi69
Real Hip-hop
avatar

Nombre de messages : 884
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   Mar 3 Fév à 20:04

Wesh petit monde virtuel !!!

Bien ou bien ?


Voilà les revendications décidé par l'organe de lutte(LKP : ALLIANCE CONTRE L'EXPLOITATION) des travailleurs guadeloupéens en lutte :

LIYANNAJ KONT PWOFITASYON 02.02.2009 a écrit:


LIYANNAJ KONT PWOFITASYON = ALLIANCE CONTRE L'EXPLOITATION

Gwadloup, Grève générale : La lutte continue…

NOU TINI DWA OSI …

TRAVAY, SANTÉ, ÉDIKASYON, VIV MYÉ É SAN PWOFITASYON



C’est ce cri, que depuis 15 jours nous sommes plusieurs dizaines de milliers à pousser.

Pourquoi le chômeur, la femme de ménage, l’agent hospitalier, l’agent communal, le petit entrepreneur, le lycéen, sont-ils aussi actifs dans le mouvement ?

Sé davwa,

YO TOUT KA PWAN FÈ AN SISTEM LA É KA SIBI PWOFITASYON ANBA LÉ GWO

Aujourd’hui, nous avons notre organisation, LIYANNAJ KONT PWOFITASYON pour le dire en notre nom. Nous avons créé : un cri, une couleur, un bik, un sentiment, un cahier de revendications

Sé anlè tou sa, nou ké apiyé pou nou konstwi on sosyété ola nou gwadloupéyen ké pé viv alèz adan péyi an-nou ki tan nou

Tous ceux qui détiennent même une parcelle de pouvoir politique et économique, siwotè é pwofitè, ne comprennent pas la misère, la souffrance et la désespérance du Peuple. Ils vivent carrément sur leur petit nuage.

Depuis le départ du Préfet de la table des négociations, le mercredi 28 janvier 2009, les choses sont restées en l’état.

Le Peuple ¨Guadeloupéen, à travers différentes manifestations réunissant chaque fois plusieurs dizaines de milliers de personnes, a exprimé son mécontentement face à la démission de l’Etat, des Responsables des Collectivités et des responsables économiques.

Il a également signifié à tous son adhésion à la plate-forme de revendications portée par LIYANNAJ KONT PWOFITASYON pour améliorer ses conditions de vie et exiger l’arrêt de toutes les Pwofitasyon dont il est victime.

Nou pwan balan la vérité
Nou pwan siyaj a la vi
Nou vlé tout dwa an-nou osi

Nous exigeons, dans l’immédiat, notamment :

- ‘’Un relèvement immédiat et conséquent d’au moins 200 €, des bas salaires, des retraites et des minima sociaux
- La baisse immédiate de 50 cts du prix des carburants
- La baisse du prix de l’eau, de l’électricité, des transports de passagers et des produits de première nécessité
- Le gel des loyers pour une période indéterminée et pour l’année 2009, l’annulation de l’augmentation de 2,98%
- Le dessaisissement de l’administrateur provisoire (M.BORGAT) du dossier des mutuelles et la révision des procédures en cours
- La réhabilitation et l’indemnisation des Transporteurs déclarés ‘’clandestins’’
- La titularisation de tous les emplois précaires dans le secteur du public et du privé
- L’embauche des 19 lauréats sur liste complémentaire des professeurs d’école
- La priorité d’embauche aux Guadeloupéens
- La suppression des taxes sur les engrais, désherbants, semences, aliments de bétail et gasoil etc.., destinés à la production agricole
- La suppression immédiate de toutes les taxes perçues sur les matériels et la révision du coût des intrants pour la pêche
- La finalisation de la mise à disposition des 32 hectares de terre pour la réalisation du projet porté par « Kè a Kanpech »
- L’arrêt d’implantation de nouvelles stations services
- L’arrêt définitif du projet d’implantation d’un circuit automobile « Vigie Gate » à Anse-Bertrand
- Le rachat par les Collectivités du patrimoine foncier de Kalenda en vue de la création d’une unité hôtelière de luxe et du reclassement des salariés licenciés d’Anchorage et Kalenda
- La négociation d’Accords de Branche Interprofessionnels sur l’exercice du droit syndical, la représentativité, la représentation de Branche, l’Emploi et la Formation
- La résolution définitive des conflits en cours
- L’arrêt des poursuites liées au conflit en cours
- Annulation des agios liés au conflit en cours
- Prise en compte essentielle dans la programmation des médias de la langue et de la culture guadeloupéenne’’.

Poursuivons fièrement notre large et franche mobilisation par :

- LE MAINTIEN ET LE RENFORCEMENT DES PIQUETS DE GREVE
- LA POURSUITE DE DEBATS ET DISCUSSIONS DANS LES QUARTIERS, LES FAMILLES ET ENTRE AMIS

Participons massivement au meeting
du MARDI 03 FEVRIER 2009 à 19 h
au Palais de la Mutualité à Pointe-à-Pitre


LA GWADLOUP SE TAN NOU, LA GWADLOUP A PA TA YO
YO PÉKÉ FÈ SA YO VLÉ AN PÉYI AN NOU

ADIM - AFOC – AGPIHM - AKIYO – AN BOUT’AY - ANG - ANKA – ASSE - ASS.AGRICULTEURS DU NORD BASSE-TERRE – ASS.LIBERTE EGALITE JUSTICE - CFTC - CGTG – CNL - COMBAT OUVRIER – COMITÉ DE L’EAU - CONVENTION POUR UNE GUADELOUPE NOUVELLE – COPAGUA – CSFG - CTU – ESPERANCE ENVIRONNEMENT – FAEN SNCL - FO – FSU – GIE SBT - KAMODJAKA - KAP Gwadloup - LES VERTS - MADICE – MAS KA KLE - MOUVMAN NONM - PCG – SGEP/SNEC/CFTC - SOS B/Terre ENVIRONNEMENT – SNUIPP - SPEG - SUD PTT GWA – SUNICAG - SYMPA CFDT - TRAVAYE é PEYIZAN - UDCLCV - UIR CFDT – UNSA - UGTG - UPG - UPLG - UMPG – VOUKOUM – ADEIC

Lapwent, 02.02.09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lalyhaine
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La crise économomique du capitalisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
La crise économomique du capitalisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NOUVELLE CRISE DE G.A.S. ????
» Ouvrages sur la crise de l'école et de la culture.
» menu "crise" à 3,90 euros
» vive le capitalisme,la mondialisation & le liberalisme !
» 2010 - Les Enfoirés piquent leurs crise de nerfs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Discussions générales-
Sauter vers: